logo speedaction tv

Speed Action TV


 Retour

A Philippe Germeau, 'créateur de souvenirs'...

Divers 23-02-2021


 

C'est une histoire triste... Car elle finit mal. Mais belle. Qui débute le 20 avril 2020, en plein confinement. En collaboration avec Benoit Deliège, j'avais publié sur ce site une série de croquis à colorier. Des bolides du temps d'avant. Que les internautes pouvaient recevoir sous forme d'un fichier sur simple demande. Etait rapidement tombé un mail de Philippe Germeau, trop heureux de pouvoir offrir à ses petits-enfants 'qu'il ne pouvait plus voir' en raison du lockdown, ces dessins de 'son' époque. 

 

Quelques jours plus tard, ce même Philippe Germeau me recontactait. Je venais de proposer aux fidèles de Speed Action de publier leurs souvenirs en lien avec Francorchamps. Et là, miracle, le brave Philippe se mit à m'envoyer des clichés des années '60 et '70 plus exceptionnels les uns que les autres. Qu'il avait pris lui-même, depuis le bord de la piste. Il y était question du Grand Prix de Belgique, des 1000 Kilomètres de Spa, des 24 Heures de Francorchamps, des Coupes de Spa. Il racontait aussi l'une ou l'autre anecdote, que j'avais évidemment publiée. Comme celle des 1000 Km de Spa 1967, avec ce premier tour d'anthologie signé Jacky Ickx. Et ce paternel bougon sous la pluie, qui avait accepté d'emmener ses fils au circuit. 

 

Rapidement, les mails succédaient aux mails. Les souvenirs aux souvenirs. Et la réalité du présent, aussi. Hélas. Philippe souffrait d'un cancer. Un p... de crabe. Plusieurs même. Il se savait condamné. 

 

Dans cette société où le virtuel a misérablement pris le pas sur les contacts 'pour de vrai', j'avais, de fil en aiguille, suggéré à Philippe de se rencontrer. Pour parler de Francorchamps, du passé, du présent, de lui, de moi... Bref, tailler une bavette. Pas compliqué à organiser, puisqu'il résidait à quelques kilomètres à peine, en région liégeoise. A la première visite avait succédé une deuxième. Plusieurs coups de téléphone, qui faisaient du bien à chacun. Lui oubliait quelques instants ce p... de crabe, moi, je comprenais qu'il ne servait à rien de se plaindre pour des broutilles. 

 

Au fil des parutions de ses clichés, Philippe Germeau s'est fait une petite réputation. Et c'est avec fierté qu'il m'a annoncé un jour que Benoit Deliège allait publier plusieurs de ses photos d'époque dans le superbe ouvrage consacré aux courses disputées par Jacky Ickx à Francorchamps. Une espèce de consécration tardive, lui qui jamais ne s'était pris au sérieux... 

 

Il y a deux ou trois semaines, Philippe avait appelé. Par erreur, apparemment. Mais on avait causé de longues minutes malgré tout. De la crise, de ses traitements, du temps qui passe, de la météo... 

 

Ce lundi soir, tard, lorsque son épouse m'a averti que Philippe s'en était allé quelques heures auparavant, le silence de la maison est devenu pesant. Voilà, la maladie avait achevé son oeuvre sinistre. Philippe Germeau avait tiré sa révérence. 

 

Cher Philippe, parmi les trucs pas trop cons auxquels le site Speed Action aura servi, il y aura à tout jamais la mise en évidence, que dis-je, à l'honneur, de photos datant d'une époque d'insouciance. Où les bolides déboulaient 'à fond' sur un circuit de Francorchamps réservé aux grands champions. Jamais sans doute tu n'avais pu imaginer combien ces clichés raviveraient des souvenirs chez les uns, alimenteraient la passion chez les autres. Ces protos, ces GT, ces virages, ces publicités, cette ambiance. Ce petit bout de notoriété, c'est avec un immense bonheur que je te l'ai offert...

 

On avait encore mille choses à se dire. Ce sera pour plus tard, là-haut. J'espère que tu n'a pas oublié de prendre ton appareil photo. Et si tu croises les Clark, Rindt, Cevert, Peterson et tous les autres, n'oublie pas de leur tirer le portrait. Et salue-les de ma part !

 

Au revoir Philippe. Te rencontrer fut un privilège. Tu resteras un sacré 'créateur de souvenirs'... 

 

Vincent  



yaco oil

Communication & TV Production


© SpeedActionTV 2021 Tous droits réservés. Site créé par Cybernet