logo speedaction tv

Speed Action TV


 Retour

Année 2020 : les chiffres en berne du secteur automobile

Divers 14-12-2020


 

Une fois n'est pas coutume, fin de saison sportive oblige, délaissons la compétition pour parler automobile au sens large du terme. En ce début de semaine, la FEBIAC, Fédération belge et luxembourgeoise de l'automobile et du cycle, RENTA, fédération belge des loueurs de véhicules, et TRAXIO, fédération du secteur automobile et ses secteurs connexes, ont publié en commun quelques chiffres confirmant que la crise sanitaire pèse à tous les niveaux. Sans réelle surprise, d'ailleurs....

 

Ce sont les immatriculations des voitures neuves qui enregistrent la plus sévère chute, avec plus de 20% de perte par rapport à 2019. Le fait que les points de vente et usines d'assemblage soient restés fermés durant une partie des confinements n'a pas aidé, évidemment, pas plus que la grande incertitude économique qui semble devoir se prolonger en 2021. Au total, 425.000 immatriculations de voitures neuves ont été enregistrées cette année, ce qui constitue le chiffre le plus bas depuis... 20 ans ! 

 

La situation est moins grave pour le marché de l'occasion, puisque si les chiffres sont là aussi en baisse, le résultat de 2020 n'est que de 6% inférieur à celui de 2019. Une fois encore, on y voit l'incertitude économique, et une tendance marquée de privilégier un véhicule plus cossu, mais de seconde main, plutôt qu'un véhicule neuf de catégorie inférieure. Une manière de continuer à se faire plaisir sans dépenser des fortunes. La disponibilité souvent immédiate des voitures d'occasion constitue un autre avantage. Le consommateur est de moins en moins enclin à faire preuve de patience. C'est l'univers du 'tout tout de suite' qui est parfaitement illustré par ces chiffres. 

 

La diminution du nombre de kilomètres parcourus en raison de la réduction des activités professionnelles a aussi un impact négatif sur le secteur automobile : moins d’entretiens, moins de réparations et moins de remplacements des pièces d’usure. Pas de quoi faire les affaires des garages et autres enseignes qui en ont fait une spécialité. 

 

Pour les voitures neuves, les motorisations hybrides ou électriques connaissent un succès plus important... mais relatif malgré tout. La part de marché des voitures électriques à batterie a pratiquement doublé et est passée de 1,5% à 2019 à 2,9% en 2020. Celle des voitures hybrides a progressé de façon encore plus marquée, passant de 4,6% à 9,5%. Les hybrides rechargeables (plug-in) surtout ont le vent en poupe, ce qui n’est guère étonnant dans un pays qui compte très peu de bornes de recharge et dont la plupart des habitants font moins de 50 kilomètres par jour en voiture.

 

Quant au diesel, conspué, vilipendé, critiqué, il conserve un tiers du marché (33%), ce qui constitue une augmentation de 2% par rapport à 2019. Une tendance à laquelle certains ne s'attendaient sans doute pas. 

 

Comme en 2019, les SUV et les Crossovers restent les modèles les plus populaires. Quatre voitures neuves sur dix ont une hauteur de caisse surélevée par rapport à une berline, un break ou un véhicule à hayon classique et sont classés dans la catégorie des SUV ou crossovers.  

 

Voilà pour ces quelques chiffres très intéressants, qui illustrent le malaise d'un secteur priant pour que 2021 ne ressemble en rien à 2020. Au vu de la conjoncture économique annoncée, disons que ce n'est pas gagné d'avance... (Vincent Franssen) 



yaco oil

Communication & TV Production


© SpeedActionTV 2021 Tous droits réservés. Site créé par Cybernet