logo speedaction tv

Speed Action TV


 Retour

C'est quand qu'on va où ? L'avis de Jacques Ravet

Divers 18-02-2021


 

Comme annoncé, Speed Action TV.be va tendre son ‘micro’ à plusieurs personnalités du sport automobile au cours des prochains jours, et sans doute semaines. Quel que soit le niveau de compétition ou la discipline, d’ailleurs. But de la manœuvre : prendre la température en ces temps délicats pour les activités sportives automobiles afin de susciter le débat et envisager des lendemains les moins misérables possibles.

 

On attaque ce tour de table avec un personnage qui a pour intérêt de cumuler deux casquettes majeures : celle de Président de la CSAP Liège et celle d’organisateur du Rallye de Hannut et du Rallye Jean-Louis Dumont, sous la houlette du Hesbaye Motor Club. D’autant plus plaisant que Jacques Ravet fait partie de ces personnes que nous avons appris à respecter depuis toujours.

 

Après avoir été contraint et forcé d’annuler le Rallye de Hannut 2021, alors qu’il avait été en mesure d’organiser avec succès – 180 voitures – le Rallye Jean-Louis Dumont 2020, Jacques Ravet ne se berce pas d’illusions quant à la suite et aux suites du confinement sanitaire en cours… "Pour moi, les choses ne se présentent pas bien, explique le Hesbignon. L’an dernier, entre le déconfinement et la reprise des compétitions à Richelle ou au Monteberg, il y a eu quatre mois. Or, même si nous nous mettons aujourd’hui à rêver au retour d’une certaine normalité, le vrai déconfinement n’a pas encore commencé. Je crains donc que pour ce qui concerne les épreuves sur route, pas grand-chose ne soit vraiment envisageable ou réalisable avant les vacances d’été…"

 

De manière plus générale, Jacques Ravet appréhende le futur du sport auto avec circonspection et prudence. "Je pense que le rallye est dans de sales draps. Il va falloir gérer l’après-Covid, ce qu’on peut appeler l’électrification de la mobilité, des gouvernements toujours plus frileux, quel que soit le niveau de pouvoir, et une population visiblement pas décidée à descendre dans la rue pour faire entendre sa voix. Tout cela ne m’incite guère à l’optimisme…"

 

Ne négliger aucun détail…

 

Pourtant, en septembre dernier, le Rallye Jean-Louis Dumont était passé à travers de bien des complications. Ce qui n’est nullement le résultat d’un coup de baguette magique… "Le travail est énorme, poursuit Jacques Ravet. Nous avons d’abord l’immense chance de bien nous entendre avec le chef de zone de la police, ce qui nous a permis d’avancer. Nous organisons également nos épreuves avec ce que l’on nomme des co-organisateurs, qui sont souvent des ASBL locales qui nous permettent d’entretenir d’excellents contacts avec les riverains. Ces ASBL gèrent l’ensemble des buvettes, ce qui représente des rentrées non-négligeables qui permettent à leur tour l’organisation d’événements pour les enfants, par exemple. Mais elles servent aussi de tampons avec la population. Ainsi, les riverains de nos spéciales reçoivent une première visite d’un des co-organisateurs trois mois avant l’épreuve, et il leur est demandé de se prononcer pour ou contre le passage du rallye. Je tiens à préciser que 90% des avis récoltés sont positifs. D’où l’intérêt de collaborer avec des gens du cru. Quatre semaines avant l’épreuve, ces mêmes riverains reçoivent des co-organisateurs toutes les infos, et surtout trois numéros de téléphone qu’ils peuvent composer le jour de la course, s’il leur faut impérativement quitter leur domicile. Dans ce cas, sans hésiter, nous interrompons la spéciale en cours. Appelons un chat un chat, quand on veut faire passer trois fois sur la journée 200 voitures, cela ne laisse guère de liberté aux riverains. Alors autant tout mettre en œuvre pour que les choses se passent au mieux…"

 

Huis clos ? Pas simple…

 

Dans un avenir proche, la seule possibilité pour les organisateurs sera sans doute le huis clos. Pas facile à mettre en œuvre sur nos rallyes… "Je n’y crois pas beaucoup, reprend Jacques Ravet. Qui dit huis clos dit surveillance accrue, disponibilité plus importante des forces de l’ordre, etc. Quel Bourgmestre est décidé à prendre ce genre de décision actuellement ? Et puis, la Wallonie, ce n’est pas les Alpes ou le sud de la France ! Là-bas, ils peuvent organiser des spéciales pour lesquelles il y a quatre ou cinq accès possibles. Ici, on peut oublier. Pour une spéciale de 15 bornes, nous avons pas moins de 38 postes de commissaires ! Difficile de faire respecter un huis clos avec autant de possibilités de gagner le parcours. Et visiblement, le public est plus discipliné sur les courses cyclistes que sur les rallyes…"

 

Pas de report possible en ASAF

 

Précisons par ailleurs que pour les épreuves relevant de l’ASAF, il n’existe pas de possibilité de report en cas de complications sanitaires et/ou autres aux dates initialement prévues. D’où le bal des annulations auquel nous assistons pour l’instant. "L’idée de l’ASAF est d’empêcher un encombrement du calendrier en seconde partie de saison. Pour moi, c’est un mauvais calcul. Le RACB, qui autorise le report pour les événements dits nationaux, en profite pour repositionner toutes ses épreuves. La date de Braine-le-Comte, je j’aurais volontiers récupérée pour Hannut. Hélas, ce n’est pas possible…"

 

Quant à l’avenir des clubs comme le Hesbaye Motor Club, il impose une bonne dose de raison. "Passeront ce cap très délicat les clubs qui sont sains, et qui disposent d’une réserve financière suffisante, analyse Jacques Ravet. Il faut agir en fonction de la situation. Pour l’heure, exit les remises de prix et autres belles plaques couteuses pour les concurrents. La survie de nos organisations est à ce prix…"

 

En conclusion, le sport auto doit s’accrocher et redoubler de vigilance. "N’oublions pas que toutes fédérations confondues, notre sport ne concerne que 5000 à 6000 personnes en Belgique. Ce qui n’en fait pas la force de frappe la plus spectaculaire. Et rares sont les vrais professionnels, en dehors des préparateurs et loueurs de voitures de course…"

 

A très vite pour d’autres prises de température façon ‘C’est quand qu’on va où ?’… (Vincent Franssen)



yaco oil

Communication & TV Production


© SpeedActionTV 2021 Tous droits réservés. Site créé par Cybernet