logo speedaction tv

Speed Action TV


 Retour

Covid : deux poids, deux mesures, encore et toujours...

Circuit 13-10-2020


 

Alors que les prochaines heures seront sans doute importantes, avec des décisions politiques attendues (et craintes) au sujet de l'organisation des événements sportifs en Fédération Wallonie-Bruxelles, le week-end dernier nous a encore servi un de ces innombrables paradoxes confirmant que la gestion de la crise sanitaire s'apparente à une véritable mascarade.

 

A Zolder, le DTM était en effet organisé à huis-clos. Ce qui nous vaut ces quelques clichés de George de Coster, illustrant toute la misère de cette situation pour les fans de sport auto. Ceux qui connaissent l'anneau limbourgeois savent en effet qu'il existe l'un ou l'autre endroit où, du bord de la nationale, on aperçoit les bolides entre deux panneaux publicitaires. D'où cette vision pitoyable de quelques fans tentant de vibrer au passage des Audi et BMW du DTM, sous les yeux d'une Police laissant faire, et fermant les yeux sur l'absence de certains masques. 

 

A moins de 200 kilomètres de là, le Grand Prix de l'Eifel a eu lieu sur le 'petit' Nurburgring. Et comme l'illustrent les photos de Fred Vautier pour Photo4, il y avait du monde dans les tribunes. 13.500 spectateurs, précisément. Intéressant, non ? 

 

De deux choses l'une : soit on n'a pas tout compris au sujet de ce virus qui aurait décidé de s'établir dans la petite Belgique et d'ignorer la grande Allemagne, soit les experts devenus stars du petit écran sont incapables de s'entendre, ce qui occasionne une gigantesque cacophonie, et donne des situations totalement rocambolesques car contradictoires, à quelques bornes les unes des autres. 

 

D'où cette inévitable question : à une bonne semaine d'une édition à huis-clos des Total 24H of Spa, que penser de ces 13.500 personnes présentes dans l'Eifel ? N'en fait-on pas un peu trop tout le temps en Belgique ? Ou alors, sont-ce les pays voisins qui sont suicidaires ? Dans tous les cas, alors que le secteur des sports mécaniques est allègrement en train de se casser la gueule, on a du mal à comprendre les motivations et les justifications des uns et des autres. Qu'ils soient experts ou politiques. 

 

Loin de nous l'idée de réfuter la gravité de la situation en ce début d'automne. Mais soit le virus redevient très inquiétant, et on boucle tout, soit ce n'est pas le cas, et on laisse la société vaquer à ses occupations. Les remarques des internautes sur notre page Facebook sont justifiées : pourquoi est-ce si compliqué d'autoriser la pratique des sports mécaniques, alors que le foot, le vélo et les parcs d'attractions s'en donnent à coeur joie. Sans parler des utilisateurs des transports publics. Deux poids, deux mesures, et au bout du compte, une incompréhension générale et misérable... (Vincent Franssen / Photos R.I.P. de Coster & Photo4 Vautier) 



R Tech

Communication & TV Production


© SpeedActionTV 2020 Tous droits réservés. Site créé par Cybernet