logo speedaction tv

Speed Action TV


 Retour

Freddy Loix ne se considère pas comme le favori à Ypres

Rally 05/06/2019


 

Trois ans après sa onzième victoire, Freddy Loix revient au Renties Ypres Rally, fin juin, avec une Škoda Fabia R5 de la nouvelle formation PTR (Pieter Tsjoen Racing). Entre 1996 et 2016, Freddy Loix a remporté non moins de 11 victoires à Ypres. A 113 reprises, le Limbourgeois a été le plus rapide en spéciale et il est monté 14 fois sur le podium.

Après avoir déjà ébranlé les valeurs établies à deux reprises avec une Opel Astra GSi Gr. A, Freddy Loix, alors associé à l'actuel patron de VW Motorsport, Sven Smeets, a surpris son ami et néanmoins rival Armin Schwarz, qui découvrait l'épreuve flamande. A l'arrivée, sa Toyota Celica GT-Four officielle, tout à fait identique à celle de notre compatriote, accusait un déficit de 2'44". Troisième, Patrick Snijers concédait plus de 5 minutes… "En 1995, j'ai terminé 4ème à Ypres avec l'Opel Astra Gsi, devant de nombreux pilotes dotés de puissantes 4x4, comme Andrea Aghini, qui terminait 5ème avec une Mitsubishi Lancer Evo, se souvient Freddy. À cette époque, nous conduisions le "couteau entre les dents" et c'est aussi de cette manière que nous abordions l'édition 1996, cette fois avec une voiture bien plus rapide, la Toyota Celica GT-Four. À Spa, nous avions déjà failli nous imposer mais j'avais commis une petite erreur, suite à quoi la marche arrière s'étant montrée récalcitrante, nous avions perdu beaucoup de temps. À Ypres, nous avons roulé au même rythme que l'année précédente, apparemment très "vite", car nous avons battu notre coéquipier Armin Schwarz de 2'44 !"


Depuis des années, Gilbert Staepelaere, Robert Droogmans et Patrick Snijers se partageaient le record au nombre de victoires à Ypres. Mais après 4 succès consécutifs entre 1996 et 1999, "Fast Freddy" égalait ce record, avant de l'améliorer dès 2008, en imposant la Peugeot 207 Super 2000. Mais ce n'était encore rien ! Dès 2010, il exerçait une impressionnante suprématie avec la Škoda Fabia. Avec la machine tchèque, il devenait inaccessible et remportait l'épreuve non moins de 6 fois. C'est durant cette période que Freddy a vécu l'un des moments les plus émouvants de sa carrière, plus précisément lors de sa participation ... et de sa victoire en 2013.

Invincible


"A cette époque, je disposais d'une Ford Focus WRC en championnat de Belgique mais cette voiture ne me donnait que peu de satisfaction, reconnait Freddy. Je remportais toujours les courses avec une grande avance et, de plus, je trouvais que la WRC n'était pas "vite" en courbes. Je ne pouvais pas avoir la chair de poule au volant. C'est alors que Škoda Belgium m'a proposé de disposer d'une Fabia Super 2000 de chez Škoda Motorsport. Durant la séance d'essais préparatoire, à Alveringem, j'ai accompli un premier "run" pour bien amener la mécanique à température, puis sur le deuxième passage, je suis de suite passé à la vitesse supérieure. J'ai littéralement commencé à pleurer de joie et d'adrénaline. Finalement, j'ai eu l'impression de piloter à nouveau une voiture parfaite. Fred Miclotte me fit alors une réflexion claire : "Freddy, si nous roulons de cette manière à Ypres, nous laisserons tout le monde à une minute !". Nous nous sommes imposés pour 1'21" devant Bryan Bouffier ... "

Secret d'une réussite


Fin juin, Freddy Loix sera au départ à Ypres avec une Škoda Fabia R5. Pourtant, il n'y visera pas une douzième victoire. "Quand je me suis arrêté en 2016, j'aspirais à vivre autre chose. Depuis, j'ai pris en charge une concession Aston Martin à Bruxelles et depuis cette année je ne teste plus pour Škoda Motorsport ou Michelin, analyse Freddy. Je vais manquer de rythme en compétition. Ce ne serait pas normal si je pouvais immédiatement battre les meilleurs pilotes actifs du Championnat de Belgique. Et puis, je peux aussi faire un rallye pour le plaisir ! Je veux avant m'amuser à Ypres, même si bien sûr je donnerai le meilleur de moi-même".

Mais peut-être pourrions-nous enfin savoir, de Freddy lui-même, quel était son secret pour dominer à ce point à Ypres ? "Je l'ai dit après ma dernière victoire à Ypres. Tout le monde a toujours pensé et dit que je faisais la différence dans le "vite". Que j'avais utilisé chaque centimètre de la route et que cela faisait donc la différence dans les courbes rapides. Mais j'ai fait aussi la différence dans des situations plus lentes, dans les innombrables T dont regorge le parcours, où vous devez rester très concentré et passer aussi proprement que possible pour garder la vitesse la plus élevée possible en sortie. Si vous êtes plus rapide de 1 km/h en fin de virage, vous pouvez faire une différence de 0"2 au bout de la ligne droite suivante, ce qui semble être insignifiant, mais à la fin de la spéciale, cela s'accumule et se transforme en quelques secondes. C'est cela qui fait la différence entre perdre et gagner. Mais c'était très bien que tout le monde pense que je faisais la différence dans le "vite", car du coup mes concurrents prenaient souvent encore plus de risques et ils partaient à la faute".

Cette année, le maître sera en compétition avec son élève, Sébastien Bedoret, actuel pilote officiel de Škoda Belgium. "Ce sera certainement un beau duel riche en enseignements pour les deux parties. Sébastien a beaucoup plus de rythme et ma présence le stimulera. Nous ferons au moins des essais ensemble et nous organiserons également notre assistance côte à côte sur la Grote Markt, ce qui me permettra de lui prodiguer l'un ou l'autre conseil. J'ai déjà hâte de vivre ce week-end fantastique à Ypres !" (Vincent Franssen & Com)



R Tech LLM Mecasport

Communication & TV Production


© SpeedActionTV 2019 Tous droits réservés. Site créé par Cybernet