logo speedaction tv

Speed Action TV


 Retour

GP Bakou : à ce rythme-là, Ferrari n'a aucune chance de battre Red Bull

Monoplace 12-06-2022


 

La quatrième pole position consécutive de Charles Leclerc (Ferrari) n’a pas servi à grand-chose cet après-midi à Bakou. Et pour cause, dès l’envol de ce Grand Prix d’Azerbaïdjan, le Monégasque se voyait débordé par Sergio Perez (Red Bull), son voisin de première ligne. Derrière, c’était très calme, avec Verstappen (Red Bull), Sainz (Ferrari), Russell (Mercedes), Gasly (Alpha Tauri), Hamilton (Mercedes), Vettel (Aston Martin), Tsunoda (Alpha Tauri) etAlonso (Alpine)parmi les dix premiers avec très peu de changements de position.

 

Dans les premiers tours, Perez creusait l’écart sur le Monégasque avec Verstappen un peu plus loin. Il fallait attendre le 9ème tour pour un premier rebondissement avec l’abandon de Carlos Sainz, victime d’un problème hydraulique.

 

La direction de course déployait une VSC qui permettait à plusieurs pilotes de s’arrêter pour changer de gommes, notamment Leclerc, Russell et Gasly ; à l’inverse des Red Bull qui roulaient en tête, dans un ordre qui allait s’inverser quand Verstappen prenait le commandement au 15ème tour, sans résistance de Perez.

 

Quelques tours plus tard, les deux Red Bull s’arrêtaient à leur tour et redonnaient le commandement à Leclerc. Pour un court instant seulement, puisqu’alors qu’il avait une avance confortable d’une quinzaine de secondes, le pilote Ferrari voyait son unité de puissance rendre l’âme. C’était donc une copie blanche pour Ferrari.

 

Dès le 20ème tour, le podium était assuré avec les deux Red Bull devant, Verstappen devant Perez, séparées sur la ligne par presque 20 secondes, et Russell, très solide derrière avec sa Mercedes à plus de 40 secondes.

 

Restait quand même à distribuer les points de la 4ème place et au-delà. Longtemps, Pierre Gasly pensait être l’heureux élu. Mais le Français et Alpha Tauri faisaient le choix de ne pas s’arrêter au 33ème tour, quand Magnussen abandonnait sa Haas (panne mécanique), à l’inverse d’Hamilton (Mercedes), son premier poursuivant. Et en pneus neufs, le Britannique finissait par trouver la faille au 45ème tour. Un bel accessit pour le Britannique qui terminait la course très éprouvé physiquement.

 

Un peu plus loin, Sebastian Vettel amenait son Aston Martin en 6ème position, non sans être passé dans une échappatoire à l’occasion d’une bagarre serrée avec Ocon (Alpine), alors qu’il était devant Hamilton. C’est l’autre Alpine d’Alonso qui prenait la 7ème position, en conservant jusqu’au bout derrière lui les deux McLaren de Ricciardo et Norris en bagarre jusqu’àu bout. Ocon accrochait le point de la 10ème place d’un Grand Prix  finalement tranquille.

 

Le classement était complété par Bottas (Alfa Romeo), Albon (Williams), Tsunoda (Alpha Tauri), malgré un aileron arrière abimé, Schumacher (Haas) et Latifi (Williams), quinzième et dernier.

 

Stroll (Aston Martin) et Zhou (Alfa Romeo) n’avaient pas le plaisir de voir la ligne d’arrivée.

 

Au championnat, avec cette victoire, la 5ème de la saison et la 25ème de sa carrière, qui lui permet au passage d’être le 6ème vainqueur à Bakou en autant d’éditions, Max Verstappen creuse évidemment l’écart. Mieux pour l’équipe autrichienne qui s’éloigne de sa rivale italienne, Sergio Perez se hisse à la 2ème place du classement à 21 points du Néerlandais. Leclerc, troisième, pointe désormais à 34 points du leader.

 

De quoi aborder avec optimisme le Grand Prix du Canada, dans une semaine à Montréal, autre tracé atypique... (René-Jean Labrique)



Spa Racing yaco oil

Communication & TV Production


© SpeedActionTV 2022 Tous droits réservés. Site créé par Cybernet