logo speedaction tv

Speed Action TV


 Retour

GT Open Spa : mais qui est donc Laurent de Meeus, pilote AF Corse ?

Circuit 20-06-2022


 

Cette année, Laurent de Meeus est le seul Belge au départ de l’International GT Open. Mais qui est donc ce compatriote de 57 ans qui pilote la Ferrari 488 GT3 Evo #55 de la formation AF Corse ? Rencontre avec un gentleman-driver qui fait preuve d'une certaine modestie, mais que l'on pourrait revoir plus souvent à l'avenir... 

 

- Comment est née votre passion pour le sport automobile et quelles étaient les premières étapes ?

 

Ce n’est pas quelque-chose qu’est en moi depuis longtemps. Il y a environ six ans, j’ai suivi un cours avec Ferrari sur un circuit et j’ai rencontré l’équipe FF Corse. Ça m’a directement intéressé. Je trouve ça incroyable que je puisse piloter de telles voitures à mon âge. J’ai commencé tranquillement. La première étape était d’obtenir la licence. J’ai mis un an pour concrétiser ça. Ensuite, ce fut le Ferrari Challenge Europe. Ce qui m'a notamment permis de rouler au Mans quand le Challenge était en support des 24 Heures, et j’ai gagné ma catégorie. Ça allait de mieux en mieux et je commençais à réfléchir au GT3, qui est une évolution normale. L’année passée, je voulais disputer la course du GT Open à Spa avec FF Corse. Après les qualifications, j’ai malheureusement été testé positivement au Covid. Pour cette saison, je me suis engagé avec AF Corse. On s’entend très bien et j’ai gardé mon coach, Jamie Stanley. Je crois que nous sommes compétitifs et samedi matin, j’ai réalisé un bon chrono en catégorie Am.

 

- C’était un grand pas en avant que de passer du Ferrari Challenge à la Ferrari 488 GT3 ?

 

Le niveau est évidemment plus élevé, et désormais, ce sont des courses d’endurance. J’ai disputé pas mal de courses ces dernières années, mais c’est un grand défi. D'un point de vue technique, le set-up de la GT3 demande plus d’attention si on compare au Ferrari Challenge. Il y a plus de travail sur plusieurs aspects de la voiture. La voiture en elle-même est un peu plus facile, car l’aérodynamique, la downforce et le freinage sont mieux. Le plus gros défi, c'est que la voiture ne donne pas de feed-back jusqu’au moment où on cherche la limite. Mais j’ai appris à la maîtriser dans ces conditions difficiles.

 

- AF Corse est très impliqué dans plusieurs championnats d’endurance. Vous voyez-vous évoluer vers le GT World Challenge et les TotalEnergies 24 Hours of Spa ?

 

Je pensais que j’étais trop inexpérimenté pour une équipe comme AF Corse. Cependant, ils sont proactifs et m’aident très bien en se basant sur leur immense expérience. Pour le moment, je n'ai pas prévu de faire du GT World Challenge ou les 24 Heures de Spa. Mais si je sais que je suis assez compétitif, je pourrais franchir le pas. Le chrono de 2'21"485 samedi matin est un des meilleurs temps d'un pilote Am ici à Spa. Les courses du GT World Challenge sont plus intenses et les conditions plus difficiles. Je pense que je peux y arriver, mais je n’ai pas encore pris la décision. Les courses pour voitures historiques me fascinent aussi. Je peux d'ailleurs déjà annoncer que je participerai au Mans Classic avec une Aston Martin DB2 de 1952, comme équipier de Guy Verhofstadt. (Vincent Franssen & Peter Crauwels - Autosportwereld.be / Photos Letihon.be & D.R.)



Spa Racing yaco oil

Communication & TV Production


© SpeedActionTV 2022 Tous droits réservés. Site créé par Cybernet