logo speedaction tv

Speed Action TV


 Retour

Les histoires de Speed Action : Free Gachot !

Monoplace 15-05-2020


 

Dans notre série des inoubliables histoires en lien avec le Circuit de Spa-Francorchamps, impossible de passer sous silence le cas Bertrand Gachot, grand absent du Grand Prix de Belgique 1991. Et pour cause, le Franco-Belge - ou Belgo-Français, selon la direction du vent - était... en tôle à cette époque ! S'en est suivi un mouvement de solidarité peu habituel, les proches du pilote Jordan en F1, mais aussi d'innombrables supporters, faisant savoir tout le bien (well...) qu'ils pensaient de la justice britannique. Comme on s'en rend compte sur ces photos de George de Coster, le bitume de Francorchamps avait même pris des airs de Nordschleife sur quelques mètres, tandis que Pascal Witmeur, grand ami de Gachot, qui tenta sa chance en Formule 3000 à Spa cette année-là, arborait sur sa monoplace de grands slogans demandant la libération de l'infortuné pilote. 

 

Pour rappel, la condamnation de Gachot était le résultat d'une altercation entre le pilote et un chauffeur de taxi de Londres, incident qui eut lieu le 10 décembre 1990, alors que Bertrand se rendait à la présentation de l'équipe Jordan en vue de la saison 1991. Resté au volant de sa voiture - en fait celle de sa fiancée - après avoir légèrement touché le taxi à Hyde Park, Gachot avait vu le chauffeur de celui-ci tenter de le sortir de son véhicule de manière plutôt violente. Le pilote s'est défendu avec un spray. Or, l'utilisation de ce genre de bombe spray était interdite au Royaume Uni.

 

Convoqué au tribunal, Gachot finissait par s'y rendre, arguant son bon droit... pour finalement hériter de 18 mois fermes de prison ! Et le gaillard, qui devait disputer le Grand Prix de Belgique dans la foulée, de se retrouver dans une cellule de 10 mètres² à la prison de Brixton, au sud de Londres. L'une des pires qu'il soit possible de trouver en Angleterre. Pas de télévision, pas de téléphone, pas de presse, la seule chose lui étant permise était de recevoir la visite de ses proches 30 minutes durant... tout les 14 jours !   

 

Au bout du compte, et en dépit de l'action en appel intentée par ses proches, Bertrand Gachot a purgé deux mois de prison avant de retrouver la liberté. Pour un coup de spray en mode auto-défense, rappelons-le... 

 

A Francorchamps, Eddie Jordan décida de remplacer Gachot par un certain... Michael Schumacher, qui allait faire des étincelles. Et lorsque le Franco-Belge fut de retour en fin de saison, l'Irlandais lui signifia qu'il n'était plus le bienvenu. Gachot allait encore disputer trois saisons au plus haut niveau par la suite, chez Larousse en 1992, puis au sein de la petite équipe Pacific en 1994 et 1995, après une pige sans réel succès en CART, aux Etats-Unis.

 

Pas de doute, à sa manière, Gachot fut lui aussi un acteur de l'histoire de Spa-Francorchamps... malgré son absence ! (Vincent Franssen / Photos de Coster)  



R Tech

Communication & TV Production


© SpeedActionTV 2020 Tous droits réservés. Site créé par Cybernet