logo speedaction tv

Speed Action TV


 Retour

Les histoires de Speed Action : le coup de l'extincteur et du panneau

Historic 22-04-2020


 

Suite à notre annonce de ce mardi matin, vous avez déjà été plusieurs à nous envoyer l'un ou l'autre texte et/ou photo au sujet de Francorchamps. Nous ouvrons le bal avec Philippe Maquoy, qui a longtemps figuré dans les rangs des commissaires rendant possibles toutes les courses organisées sur le plus beau circuit du monde... et ailleurs. De sa bafouille, nous avons retenu deux parties : les origines et une anecdote savoureuse... Bonne lecture. 

 

C'était en 1969. J’avais bien expliqué à mon paternel que j’aurais voulu aller assister aux 1000 Km de Spa ,mais que je n’avais personne pour m’y conduire. J'avais 17 ans et un vélo, mais il y avait 80 kilomètres de route... rien que pour l'aller ! Refus du paternel. Je ronge mon frein en me disant qu’un jour ou l’autre, j’aurais ma voiture,et on allait voir ce qu’on allait voir... Jusqu’au moment où ma mère m'appelle et me dit : “On va chez tante Maria !" Or, Tante Maria habitait... à Stavelot ! Aubaine pour moi,et sourire en coin du paternel, qui me file des sous pour aller voir la course... Aussi je me retrouve au bord du circuit, alors que l'épreuve a déjà commencé,et enfin, le rêve se réalise ! Je vois débouler devant mes yeux ébahis les Siffert, Rodriguez, Ickx et autres... Je l’ignore encore mais ce 11 mai 1969 est née une passion qui dure toujours à l’heure actuelle... En 1970, ce sont mes premières 24 Heures, je n’ai droit qu’au samedi après-midi et au début de soirée (la tante allait dormir tôt !)  mais enfin, c’est mieux que rien... 1971  : permission de camper avec les copains, le début de la grande période du camping improvisé dans les prairies entre Malmedy et le 'Esse' de Masta... Cela duré jusqu’a la construction de l’autoroute, qui passe juste là ou se dressaient nos tentes...

 

24 Heures de Spa 1996

 

Une anecdote me revient à l’esprit  : en 1996 aux 24 Heures, nous sommes au Poste 16, à l'entrée du 'Esse' des Fagnes, il doit être 10h30 le dimanche matin quand une voiture arrive à notre poste sur trois roues... Il s’agissait de la BMW 320i FIA 2.0 litres de Witmeur-Dierickx-De Doncker, et ce dernier était au volant. On pousse tant bien que mal la voiture sur la voie de service et le pilote enlève casque et gants, se disant que c’était 'cuit'. Pris d’une idée subite, je lui demande s'il connait l’histoire du levier ? "Donne-moi un levier et je soulèverai la terre' ! "Où trouver un levier ?", me demande le pilote.... Il se fait qu’a l’époque, il y avait encore des panneaux de signalisation routière sur le tracé, et ceux-ci, enlevés pour la course, se trouvaient couchés derriere les rails... J'explique à Eric De Doncker qu’avec un extincteur et le piquet du panneau, on pourrait peut-être lever l’auto et replacer la roue que les hommes avaient été rechercher. Un commissaire du poste précédent avait en effet assisté a la perte de roue et il avait réussi à retouver en bord de piste l’écrou central qui, mal serré, s’était fait la malle...

 

Evidemment, il y avait déjà de la surveillance via des caméras à l’époque, et dans ma radio, une voix a fusé : “Dites donc, Poste 16, qu’est-ce qu’il fabrique votre pilote” ?  “Ben, il essaie de trouver une solution pour repartir," répondis-je...  “Haha", fait la voix, "et l’extincteur et le piquet qu’il manipule, ils étaient dans la voiture quand elle et arrivée chez vous ?” "Dites,répondis-je, c'est une voiture de course, pas un camion des travaux publics” ... "Bien, bien", fit la voix, "vous pouvez dire à votre pilote qu’il est hors-course pour avoir essayé de se dépanner avec du matériel extérieur..."

 

La mort dans l’âme, Eric De Doncker a bien dû tout arrêter, et lorsque Robert Dierick et un mécano sont arrivés - Dierick,une force de la nature, aurait bien levé la voiture tout seul ! - le mécano a regardé sous l’auto et on s’est rendu compte que le pont avait lâché... Tous ces efforts pour rien, et moi, je me suis pris une solide engueulade de mon responsable de commission... Mais quel souvenir ! 

 

Voilà, si comme Philippe Maquoy, des souvenirs vous reviennent, ils sont les bienvenus... Une seule adresse mail : vfranssen@cybernet.be. A très vite pour la suite... (Vincent Franssen)



R Tech

Communication & TV Production


© SpeedActionTV 2020 Tous droits réservés. Site créé par Cybernet