logo speedaction tv

Speed Action TV


 Retour

Les histoires de Speed Action : retour sur la cachotterie de Volvo aux 24 Heures 1985

Divers 16-06-2020


 

Quand bien même l'actualité en lien avec le sport auto a gagné en rythme depuis une dizaine de jours, retour sur les histoires de Speed Action, rubrique que vous avez largement appréciée durant le confinement. Une fois encore, notre confrère Koen Wijckmans est à la barre pour nous remémorer les 24 Heures de Spa 1985, année où Volvo a perdu face à BMW, alors que les 240 Turbo partaient sans doute favorites. On remonte le temps...

 

"Flash-back sur les 24 Heures de Spa 1985. Après la fin de la course, tout le monde n'avait d'yeux que pour la BMW 635 CSi Schnitzer #5 de Ravaglia-Berger-Surer. Avec seulement 10 minutes d’arrêt en pitlane, Charly Lamm et ses troupes avaient largement dominé la concurrence, et en particulier la Volvo 240 Turbo. Les neuf tours de différence entre la BMW et la Volvo #2 de Brancatelli-Lindström-Müller, 3ème, avaient retenu toute mon attention au moment de rédiger mon papier pour le journal 'Het Nieuwsblad'. Surtout que la stratégie prévue n’avait pas fonctionné : profiter de la nuit - fraîche - afin d’utiliser la force du turbo et rattraper la BMW de tête…

 

J’avais furtivement croisé au petit matin du dimanche Gianfranco Brancatelli, et il m’avait parlé vaguement de 'gearbox', mais comme je ne trouvais rien de tel sur les documents officiels, ce n’était sans doute pas très grave. Mais quand je tombais dimanche soir, un peu par hasard, sur Ruedi Eggenberger et que je lui demandais pourquoi les Volvo n'avaient pas été en mesure de faire mieux, je ne réalisais pas directement le sens de sa réponse en allemand : 'Das Getriebe was defekt…'

 

Il précisait que vers 2 heures du matin, il avait constaté un souci à la boîte de vitesses : le 4ème rapport était bloqué et il n’y avait pas d’autre solution pour la suite de la course que de passer de 3ème en 5ème!  Pour combler ce handicap, entre autre dans le Raidillon, et compenser ainsi la vitesse ‘réduite’ de la Volvo 240 Turbo, il fut décidé d'embarquer moins d’essence à chaque ravitaillement. Comme à la base, la Volvo consommait déjà beaucoup plus, avec pour résultat des pit-stops supplémentaires, la contre-attaque n'est jamais venue, à la grande surprise des responsables de BMW !

 

Avant l’ère d'internet, on affichait en salle de presse les faits de course, incidents, temps de passage en pitlane, sur un grand tableau rempli à la main, et plus tard sous forme des vignettes affichées heure par heure avec l’information en question. Quand je lui rappelais n’avoir rien vu ou lu à propos d’un souci de boîte pour la Volvo, le régretté préparateur suisse précisait : 'Un peu aidé par une panne de courant sur le Circuit et la panique qui a suivi en pitlane durant la nuit, nous avons pu cacher l’information, afin que les gens de BMW et la concurrence tout court ignorent tout de notre souci. Sinon, ils auraient pu adapter la stratégie chez BMW, sachant que la Volvo n'allait plus revenir sur eux…'

 

Information confirmée par Yves de Partz, qui s’occupait avec son équipe Balmoral Info Service de la salle de presse, avec qui on avait, dimanche soir après ma rencontre avec Eggenberger, encore plusieurs fois vérifié les données à ce moment précis, sans tomber sur un rapport mentionnant un souci de boîte. Afin d’être sûr de mon coup, je partais à la recherche de Christian Lahaye, journaliste, mais surtout speaker des 24 Heures, et lui aussi ne se rappelait pas un incident ou une info arrivé(e) jusqu'à lui via ses gars en pitlane. Il faut aussi savoir qu'à l'époque, il n'y avait pas de conférence de presse après l'arrivée qui aurait permis aux journalistes de poser des questions. Il y avait une remise des prix le dimanche soir, à laquelle la presse assistait rarement. 

 

Fort de ce constat, j’avais encore juste le temps de téléphoner au journal et demander s'il restait de la place pour un encadré supplémentaire. Résultat : le lendemain, 'Het Nieuwsblad' titrait 'Pourquoi la Volvo n’a pas gagné ?', alors que les autres quotidiens - en dehors de La DH, merci Christian ! - parlaient seulement de la domination de BMW aux 24 Heures…

 

Souffrant vers la fin de soucis de suspensions et de moyeu de roue, la deuxème Volvo Eggenberger, la #11 de Dieudonné-Rossi-Theys, terminait 4ème à 2 tours de la #2 de Brancatelli-Lindström-Müller." 

 

Délicieuse histoire de stratégie impliquant ces monstres sacrés qu'étaient Ruedi Eggenberger et Charly Lamm. Merci Koen pour ce récit, et à très vite pour d'autres histoires de Speed Action. 

 

Si vous aussi vous souhaitez nous envoyer un souvenir, une anecdote, un billet d'humeur en lien avec 'votre Francorchamps', avec une petite photo pour illustrer le tout, une seule adresse mail : vfranssen@cybernet.be. A très vite... (Vincent Franssen)



R Tech

Communication & TV Production


© SpeedActionTV 2020 Tous droits réservés. Site créé par Cybernet