logo speedaction tv

Speed Action TV


 Retour

Les histoires de Speed Action : soudain surgit un bolide façon 'Leader' !

Divers 19-05-2020


 

Déconfinement ou pas, l'actualité reste désespérément calme en cette semaine printanière. Une bonne raison de poursuivre nos histoires de Speed Action. C'est avec délectation que nous avons reçu l'anecdote de Yannick Albert, personnage oh combien respectable et respecté des rallyes de régularité pour anciennes. Qui se souvient d'une journée à chaparder sur le circuit... il y a déjà plus de 20 ans !

 

"Mes parents ayant déménagé de Tilff à Francorchamps alors que je devais avoir aux alentours de 2 ans, j’ai été bercé par les bruits des moteurs que nous avons toujours entendu depuis la maison. Sauf quand il pleuvait, ce qui arrivait assez souvent… Si mon père a toujours été amateur de voitures (c’est avec lui que je pris part à mes premiers rallyes dans une MG B, alors âgé de 15 ans) et était donc ravi d’habiter dans le village, je me suis toujours demandé comment il avait réussi à convaincre maman, elle qui n’a d’yeux que pour ses fleurs, son jardin et sa quiétude si souvent dérangée par le vrombissement des échappements passablement libérés !

 

L’histoire que je voulais faire partager à les fidèles lecteurs de Speed Action remonte, si je ne dis pas de bêtise, à début 1998. Je suis alors âgé de 13 ans et je passe le plus clair de mon temps avec mon meilleur ami de l’époque, petit-fils d’Yvon Aubinet, propriétaire de l’Hostellerie du Roannay, à arpenter la région en VTT. Notre endroit de prédilection : l’enceinte du circuit ! A l’époque, il était encore très facile de faire passer ses bécanes par dessus des barrières pour se retrouver dans les paddocks, - terrain de jeu extraordinaire !

 

Ce jour-là, un mercredi après-midi, nous sommes du côté du virage du Pouhon et comme de bien souvent, la météo nous a joué un mauvais tour. Il s’est mis à pleuvoir comme vache qui pisse et nous maudissons le fait que nous allons bien vite finir rincés ! C’est alors que débarquent en trombe de Bruxelles deux bolides aux lignes futuristes, toutes de rouge vêtues, sans sponsors ni inscriptions qui puissent nous permettre d’identifier la marque. Nous nous mettons à l’abri pour voir les voitures évoluer, qui passent et repassent en se tapant la bourre, testant visiblement les limites de leurs capacités. Mais d’où peuvent bien sortir ces véhicules diaboliques dont les formes ne sont pas sans m’évoquer certaines 'Leader' chères à Jean Graton, la couleur aidant ? De toute évidence, il s’agissait de tests de développement…

 

Ce n’est que quelques semaines plus tard, lors de la présentation des véhicules admis à l'édition suivante des 24 heures du Mans, que j’ai eu ma réponse : j’avais vu tourner avant à peu près tout le monde les Toyota GT-One avec lesquelles Thierry Boutsen - notamment - allait passer si près d’une première victoire tant attendue par la marque nippone ! Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais j’ai toujours gardé un souvenir magique de ce moment, et depuis lors, à chaque fois qu’une Toy’ a pris le départ de la classique mancelle, elle a toujours eu ma préférence pour la victoire finale…"

 

Ou comment un ado a été conquis et marqué à vie par deux bolides évoluant plus ou moins sous couvert d'anonymat sur le plus beau circuit du monde... Toyota Gazoo Racing, appellation actuelle, a multiplié les séances d'essais à Francorchamps. Et ce sera sans doute encore le cas dans les prochaines années. Merci à Yannick pour ce souvenir... 

 

Si vous aussi vous souhaitez nous envoyer un souvenir, une anecdote, un billet d'humeur en lien avec 'votre Francorchamps', avec une petite photo pour illustrer le tout, une seule adresse mail : vfranssen@cybernet.be. A très vite... (Vincent Franssen)   .



R Tech

Communication & TV Production


© SpeedActionTV 2020 Tous droits réservés. Site créé par Cybernet