logo speedaction tv

Speed Action TV


 Retour

RS de Haillot : épreuve amputée, mais vainqueurs prestigieux

Rally 30-05-2022


 

Disputée, comme de coutume, le Jeudi de l’Ascension, le Rallye-Sprint de Haillot, épreuve chère à l’écurie Bayard, affichait pratiquement 'sold out' avec 109 concurrents au départ. Une quantité qui alliait aussi la qualité puisqu’on dénombrait pas moins de 4 voitures de la catégorie Rally2 et une WRC. Une partition alléchante sur le papier, mais dont certains solistes allaient bien involontairement s’écarter au détriment d’un chef d’orchestre quelque peu amer à l’heure de tirer les conclusions : "Ce ne sera pas notre meilleure édition, nous avons littéralement joué de malchance en enchaînant coup sur coup les déconvenues, expliquait Hugues Henrot, le Président de l’Ecurie Bayard. Au matin, la Subaru Impreza de Christophe Lux a pris feu. Les pompiers ont dû intervenir pour maîtriser l’incendie. Si l’équipage n’est pas blessé, leur voiture est détruite et nous sommes bien tristes pour eux. Après-midi, deux autres équipages sortaient de la route en sectionnant des poteaux électriques. Des accidents qui faisaient à chaque fois perdre beaucoup de temps malgré la bonne volonté des équipes du gestionnaire de réseau électrique local, contraintes d’intervenir sur place. De quoi nous priver des deux dernières boucles prévues. A l’heure où je vous parle, les nouvelles se veulent a priori rassurantes pour tous et là est bien l’essentiel."  

 

En Division 4 (réservée aux véhicules de haute cylindrée et/ou équipés de pneus de compétition) le dernier vainqueur en date (2019 déjà suite aux annulations des deux années précédentes), Adrian Fernémont, partait avec la cote de favori mais ne pouvait pas se permettre de traîner en chemin puisqu’en face Mélissa Debackere (Skoda Fabia R5) et Jourdan Serderidis (Skoda Fabia Rally2) étaient bien décidés à ne pas se laisser faire. Présent à l’invitation d’un de ses partenaires qui n’avait pas hésité à se glisser dans le siège de droite, le double champion de Belgique des rallyes ne fléchissait pas et s’adjugeait les 2 meilleurs chronos du jour, à la plus grande joie de son copilote occasionnel, Maxime Someville : "J’ai déjà roulé moi-même au volant et en copilote d’une Ford Escort RS2000, mais avec Adrian, il y a encore un monde de différence ! Tout est plus pro, la voiture et le pilote aussi. Puisque la course a été amputée de moitié, nous serons obligés de remettre le couvert prochainement !" 

 

Derrière, Mélissa Debackere était la meilleure de la meute au volant d’une Skoda Fabia R5 ne disposant pas des toutes dernières évolutions. Elle concluait sa course à une douzaine de secondes du vainqueur et pouvait se targuer de devancer une autre Skoda Fabia, pourvue quant à elle des dernières évolutions, à savoir celle du plus Belge des grecs, Jourdan Serderidis, toujours enclin à revenir avec plaisir sur le terrain de ses débuts en compétition voici déjà dix ans ! Au pied du podium, Laurent Léonard pouvait difficilement espérer mieux au volant d’une Subaru Impreza STi N14 qui, si elle reste une bonne auto, ne peut rivaliser avec les Rally2 en performances pures. Quelques secondes derrière, Johan Van Den Dries se montrait prophète en son pays et remportait le match dans le match qui l’opposait à l’autre Peugeot 208 Rally4 de Thibaud Mazuin, classé 6ème à une dizaine de secondes du pilote local. Dans le top 10, on pointait encore la victoire en classe 12 de l’Opel Adam R2 de Jimmy Grommen (9ème). 

 

En D1-2-3, où les pneus de tourisme sont obligatoires, Geoffray Vecoven respectait son modus operandi habituel en frappant fort d’emblée. Si le pilote de la VW Golf 2 GTi 16v savait qu’il allait avoir du mal à contenir la DS 3 R3 Max de Bruno Mathieu, il ne se laissait pas démonter dans ce qui allait constituer le dernier passage du jour et s’imposait pour un peu plus de 3" face à son rival. "Mon copilote du jour n’était autre que mon ami Matthieu Louis, qui s’était déjà imposé ici au volant en 2015. La poignée de secondes d’avance que j’ai pu conserver, je la lui dois car même si je ne suis plus un débutant ici, il n’a pas hésité à me prodiguer des conseils sur certaines trajectoires. C’est une victoire commune qui fait vraiment plaisir !" Echouant à la place de dauphin, Bruno Mathieu n’avait pourtant pas à être déçu, lui qui n’avait plus roulé depuis le dernier Rallye du Condroz. La dernière marche du podium revenait à Julien Delleuse (Opel Astra GSi 16v), dont le sursaut d’orgueil au second passage (meilleur temps) ne suffisait pas à lui offrir le premier accessit. Derrière le trio de tête, Jérémy Delchambre (Peugeot 205 GTi) assurait la jonction et devançait un Axel Docquier (Opel Corsa GSi 16v), toujours très performant ici et qui prenait la classe 9 à son compte. De retour à la compétition après 10 mois d’absence, Christophe Thonon (6ème) s’adjugeait la classe 11 sur sa BMW 325i E36. Il prenait l’avantage sur un autre régional de l’étape, que l’on avait plaisir à retrouver à ce niveau, en la personne de Frédéric Hébette et sa Renault 5 GT Turbo (7ème). Deux places derrière, la famille Dubasin (Peugeot 206 RC) s’imposait en classe 6 tandis qu’aux portes du top dix, Emilien Orban (Peugeot 106) les imitait dans la 8.

 

 Dans les autres catégories, Emmanuel Courbois (Peugeot 106 GTi) prenait le meilleur sur Sylvain Cunin (idem) dans la très fréquentée - 17 classés - classe 5 et terminait l’épreuve au 22ème rang. Enfin, Florian Freyman (37ème) s’adjugeait la 4 sur sa VW Polo.

 

En Prov'Historic, Sébastien Glaude et son originale Volvo 144 se permettaient le luxe de subtiliser le premier scratch à Emile Tollet (Ford Escort MK2) qui se fâchait au second passage et finissait par l’emporter avec près de 10" de boni sur le bolide suédois. Dans le classement PH/SR, réservé aux véhicules ne répondant plus à la fiche d’homologation d’époque et/ou produits entre 1983 et 1988, Didier Monin frappait très fort en devançant à chaque fois la BMW E30 de Nicolas Blerot. De quoi imposer sa Peugeot 205 GTi comme à l’époque où il avait remporté la 'Cup' dédiée à ces autos en… 1986 !

 

La prochaine manche du championnat sera le Mémorial Michel Ledent, le dimanche 5 juin prochain. (Vincent Franssen & Com / Photos Jérôme Fiasse & Fred Zielonka)



Spa Racing yaco oil

Communication & TV Production


© SpeedActionTV 2022 Tous droits réservés. Site créé par Cybernet