logo speedaction tv

Speed Action TV


 Retour

RX2 : Guillaume De Ridder a loupé le titre d'un souffle au Danemark

Divers 11-09-2020


 

Au terme d’une campagne 2019 disputée dans les rangs du championnat du Monde FIA sous les couleurs de l’équipe GCK, Guillaume De Ridder a prouvé sur la piste de Nysum qu’il n’avait rien perdu de sa pointe de vitesse. Privé de programme cette année, le pilote Belge a toutefois su rebondir en se saisissant de l’opportunité offerte par un championnat RX2 Series impacté par la pandémie de Covid 19 et dont le calendrier a été profondément remanié. 

“Avec un titre disputé sur un seul et unique week-end de compétition, je ne pouvais pas laisser passer cette chance, estime Guillaume De Ridder qui, pour l’occasion, a pu retrouver l’encadrement de la structure suédoise Olsbergs-MSE avec laquelle il avait décroché le titre de vice-champion RX2 Series en 2018. “Je savais que le contexte ne serait pas simple me concernant. J’affrontais des adversaires qui avaient pour la plupart déjà disputé trois courses avant cette épreuve de Nysum tandis que je n’avais plus remis les pieds dans cette voiture depuis presque deux ans”

Une problématique qui n’a pas empêché Guillaume De Ridder de se mettre en évidence. Sur une piste difficile le samedi, le pilote Belge fut tout simplement injouable sur le plan de la vitesse pure et ira se saisir du gain de la plus haute-marche du podium. 

Avec cinq points d’avance au classement général à l’heure d’aborder la deuxième course du meeting, Guillaume De Ridder savait toutefois que l’écart entre lui et ses concurrents allait irrémédiablement se réduire. “Parvenir à m’imposer lors de la première course du week-end était clairement inattendu. Je m’attendais à souffrir nettement plus face à des concurrents très affûtés alors que ma dernière sortie en compétition remontait à novembre 2019 en Afrique du Sud. Néanmoins, après la pluie du samedi, je savais aussi que le retour du soleil le dimanche et des conditions de course beaucoup plus stables allaient aider mes adversaires à revenir dans le match. Les écarts sur un tour lancé allaient se réduire et c’est clairement ce qu’il s’est produit”

Troisième du classement intermédiaire à l’issue des qualifications de la course 2, Guillaume De Ridder voyait son plus proche adversaire Henrik Krogstad lui reprendre deux points avant le coup d’envoi des phases finales pour réduire son débours à trois unités sur le pilote Belge. Pourtant, l’écart moyen entre les deux hommes sur un tour lancé fut limité à 0"070. Dans ce contexte, tout allait indéniablement se jouer sur une succession d’infimes détails. "ll est clair que débuter la Q1 de la course 2 depuis le couloir extérieur de la grille ne jouait pas en notre faveur. Quand on perd du temps dès les premiers mètres face à des pilotes aussi rapides, il est toujours très difficile de revenir même en alignant des chronos de premier choix”
 
Parti depuis le couloir intérieur de la deuxième ligne en finale, De Ridder est resté à l’affût du moindre faux-pas dont son adversaire direct aurait pu se rendre coupable. “J’ai tout donné en finale mais Henrik Krogstad disposait d’un avantage indéniable en s’élançant depuis la pole position. Il n’a pas fait une seule erreur donc il faut le féliciter pour ce titre car il est mérité. Une fenêtre de tir s’est pourtant ouverte à la mi-course lorsqu’une voiture s’est retrouvée à l’arrêt en pleine trajectoire. Je me suis dit que tout n’était peut-être pas perdu. Malheureusement, cela s’est aussi retourné contre moi. Jimmie Walfridsson a pilé juste devant ma voiture pour aller chercher l’entrée du joker lap en fermant totalement la trajectoire théoriquement dédiée à la piste normale. Le temps perdu dans cette manœuvre a tout simplement contribué à sceller l’issue de la course”

Pour Guillaume De Ridder, l’heure est désormais venue de plancher sur 2021 tandis que la manche Belge du championnat du Monde FIA de Spa-Francorchamps à venir les 21 et 22 novembre prochains ne manque pas de titiller le pilote de Nivelles. 
 
“Je ne peux qu’être satisfait de la qualité de mon week-end. J’ai été en mesure de rappeler à tout le monde que je suis encore dans le match et que je suis toujours aussi rapide. Autant dire que, même si le titre n’est pas au bout, j’ai parfaitement rempli ma mission. Désormais, il me tarde de voir ce que va donner la nouvelle eRX2 qui remplacera le RX2 Series à compter de 2021. Je crois fermement que l’électrique représente l’avenir du Rallycross et c’est désormais à moi de faire le job en allant chercher les budgets nécessaires pour parvenir à construire un programme intéressant l’an prochain. Quant à l’épreuve de Spa, son report à la fin du mois de novembre nous laisse encore un peu de temps pour travailler. Une dernière sortie au volant d’une Supercar thermique capable de jouer la gagne ne serait pas pour me déplaire. Et puis, avant de me focaliser sur un programme électrique en 2021, devenir le premier pilote Belge à remporter une épreuve du championnat du Monde FIA sur un circuit aussi magique que Spa-Francorchamps constituerait une opportunité extraordinaire” (Vincent Franssen & Com)



R Tech

Communication & TV Production


© SpeedActionTV 2020 Tous droits réservés. Site créé par Cybernet