logo speedaction tv

Speed Action TV


 Retour

Retour sur les 25 Heures VW Fun Cup avec le débriefing de Milo Racing

Circuit 07/08/2019


 

L'actu estivale est ainsi faite... A peine les 25 Heures VW Fun Cup terminées, le grand barnum des Total 24 Hours of Spa se met en place, et le débriefing du double tour d'horloge... plus d'une heure réservé aux coccinelles de course est repoussé à plus tard. Retour donc sur cette édition 2019 vue depuis les ateliers de Milo Racing, avec son lot d'histoires et d'anecdotes... Engageant pas moins de 11 voitures aux 25 Heures, l’équipe de Christophe Nivarlet n’a certes pas remporté le classement général, ce qui n’empêche pas un sentiment positif de largement prévaloir au moment de dresser le bilan de ce week-end pas du tout comme les autres…

 

"Tout a en effet parfaitement tourné au sein de l’équipe, explique Christophe Nivarlet. D’un point de vue fonctionnement, mais aussi fiabilité des autos, si l’on excepte les ennuis de boîtiers électroniques dus à la pluie et l’incident qui a privé la #280 de victoire. Mais là n’est certainement pas le plus important. Les 25 Heures, pour Milo Racing, c’est avant tout une grande aventure humaine, et quelques chiffres spectaculaires. A commencer par les 120 passagers que nous avons emmenés au cœur de la course à bord de notre quatre Biplaces. Une cinquantaine de pilotes se sont succédé au volant des bolides alignés par nos soins. Chacune des 11 voitures avait son team-manager et deux mécanos attitrés, alors que deux chefs mécanos géraient le tout. A cela, il faut ajouter les 5 personnes qui s’occupaient de la gestion des passagers Biplaces, les 6 barmen, les 8 cuistots qui nous ont permis de servir quelque… 1800 repas en trois jours ! C’est surtout cela, les 25 Heures VW Fun Cup. On tient d’ailleurs à féliciter Kronos Events pour la qualité globale de son organisation cette année…"

 

Longtemps, l’équipe de Christophe Nivarlet a cru tenir le bon bout avec la #280 Socardenne by Milo, menée à la perfection par Kevin Caprasse, Lorenzo Donniacuo, Christophe Nivarlet, Matteo Raspatelli et Ludovic Bellinato. Il s’en est finalement fallu d’un cardan cassé dans la partie finale de l’épreuve pour que la victoire s’envole. "C’est la course, poursuit Christophe Nivarlet. Nous sommes forcément déçus, surtout pour les mécanos et le team-manager, qui se sont tant investis afin que tout soit parfait. Nous avions volontairement décalé la stratégie et la gestion du refueling sur cette auto, et tout se déroulait parfaitement. On reviendra encore plus forts l’an prochain, ça, c’est sûr !"

 

Finalement, c’est la #149 Socardenne by Milo qui permettait à l’équipe d’être bien présente sur le podium final de ces 25 Heures. Un bolide mené par Kevin Balthazar, Martin Leburton, Alexandre Renneteau, Benjamin Kaivers et Romain Degeer. "On termine dans le tour des vainqueurs en dépit de plusieurs pertes de temps lors du refueling, explique Kevin Balthazar. Des pertes de temps dues à la montée en piste de la voiture de sécurité, alors que nous ne voulions pas rentrer sous régime de neutralisation. Mais le travail de l’équipe, et le fait que chaque pilote a parfaitement respecté la stratégie mise en place, qui consistait à conserver un maximum de relais ‘Top Gun’ pour la dernière partie de la course, nous ont permis de remonter de la 7ème à la 3ème place dans la dernière heure de course. Merci à Eric pour la stratégie, et aux mécanos pour leur super boulot d’un bout à l’autre du week-end…"

 

Pour la #289 Socardenne by Milo que se partageaient Julien Menard, Tom Rensonnet, Nicolas Bever et Logan Jadot, un résultat dans le top 10 était en vue, avant que la malchance ne s’en mêle… "Ces 25 Heures avaient moyennement débuté pour nous, puisque nous sommes partis de la 38ème place sur la grille, commente Tom Rensonnet. En outre, nous n’avons pas été vernis avec les neutralisations, mais grâce à notre régularité et l’excellente entente au sein de l’équipe, sans bien sûr oublier la bonne pointe de vitesse de tous les pilotes, nous sommes remontés dans le top 10. Hélas, un accident inévitable à 4 heures de l’arrivée a mis fin à nos espoirs de bon résultat. Mais le rythme était là et la voiture parfaite. Merci à l’équipe de Milo ! On remettra ça l’année prochaine, avec cette fois comme ambition… la victoire finale !’’ C’est au 46ème rang que la #289 a croisé le drapeau à damier.

 

Pour la #417 Evense Waterair de Michaël Pinto, Gilles Gillard, Cédric Voisin et Franck Tardivat, la saison s’est poursuivie de manière très positive, avec une 4ème place au classement ‘Pure’, réservé aux pilotes ne sévissant qu’en VW Fun Cup. Et pourtant, à deux semaines des 25 Heures, Gilles Gillard et Michaël Pinto n’avaient toujours pas d’équipier… C’est au détour d’une bière à Valenciennes et d’un sentier VTT dans la Forêt de Soignes que Cédric Voisin – pilote moto n’ayant jamais pratiqué de sport auto ni roulé à Francorchamps – et Franck Tardivat – triathlète n’ayant plus touché le volant d’une voiture de course depuis… 12 ans ! – ont finalement complété l’équipage. "Nous sommes partis 66èmes, et chaque pilote s’est appliqué à descendre progressivement ses chronos, en mettant un point d’honneur à ramener la voiture sans dommage, explique Michaël Pinto. La préparation sans faille de Milo et le soutien de Kevin, le mécano, et de ses assistants, la détermination du Team-Manager Didier Kohn, les soins permanents prodigués par les kinés noctambules de l’équipe KeytoPerform de Xavier Troessaert, tout cela a contribué à un parcours sans la moindre erreur, sans le moindre bris de lame, avec pour récompense une 36ème place générale, à une petite marche du podium en ‘Pure’. 25 heures durant, l’émotion et le plaisir de rouler ensemble l’ont emporté, l’équipage se forgeant une véritable identité. Bref, on reverra encore cet équipage dans une formule qui reste tout simplement magnifique."

 

Qualifiée pour la Super Pole et classée 10ème de cet exercice particulier sur un tour réunissant la crème de la crème côté pilotage, la #298 TTK by Milo que se partageaient Pierre Durand-Perdriel, Raphaël Deschamps, Philippe Noury et Teddy Legendre a dû composer avec un moteur cassé. De quoi renvoyer le bolide en dehors du top 100, hélas…

 

De podium de catégorie loupé de très peu, il en a aussi été question en Biplaces, avec la #380 Fun 4 You by Milo domptée par Vincent Deroanne, Pierre-Yves Collée, Gilles Vanderweyen et Luc Trivaudey. "La séance qualificative a été rendue difficile par les conditions climatiques, ce qui a valu à notre voiture de s’élancer en queue de peloton chez les Biplaces, analyse Vincent Deroanne. Un bon premier run nous a déjà permis de revenir aux avant-postes, et la #380 n’a plus jamais quitté le top 5 par la suite. C’est la régularité des pilotes, une bonne stratégie globale et l’absence de tout ennui mécanique qui nous ont propulsés à une belle 4ème place. Soit le meilleur résultat de notre formation depuis quatre ans. Que dire alors de la satisfaction des 30 passagers qui se sont relayés sans interruption aux côtés des pilotes, dont de nombreux clients du partenaire principal, le Garage 48 Losch, situé à Bereldange, au Grand-Duché de Luxembourg."

 

La frustration était légitime dans les rangs de la #342 Monster Trendy by Milo. Dont la progression a été rapidement rendue compliquée par des soucis en lien direct avec les conditions météorologiques du début de course, de quoi contrarier les plans de Francis Plunus, Eric Jardon, Jean-Pierre ‘Vande’ et Sarah Bovy… "Alors que le circuit était détrempé en raison des intempéries, notre voiture est revenue au stand après 23 tours seulement, explique Francis Plunus. Le boîtier électronique avait mal digéré l’abondance de liquide. Résultat : 50 minutes perdues, et un plongeon au 18ème rang du classement des Biplaces. S’en est suivie une spectaculaire remontée, les quatre pilotes signant des chronos à la fois rapides et réguliers, tandis que plus rien n’allait entraver notre parcours. Résultat : nous sommes remontés en 6ème position. Sans cette perte de temps précoce, la victoire était totalement à notre portée, qui plus est une belle avance. Décidément, en dehors de notre victoire au classement Biplaces au terme des 25 Heures 2017, les dieux de Francorchamps ne nous sont guère favorables…"

 

Une expérience similaire à celle vécue par la #360 CBRS by Milo, avec Alain Dupont, Philippe Fisette, Michel Koning et Rob Kruger, qui valaient mieux qu’un top 100 absolu. "La voiture était en effet au top, avec des chronos jamais atteints auparavant, et elle a tenu le coup jusqu’au bout, commente Michel Koning. Bref, un super travail dans le chef des mécanos et de toute l’équipe Milo Racing. Les pilotes étaient parfaitement dans le coup, ayant démontré qu’il est possible de viser un top 5 en étant 100% amateurs ! Malgré la présence de 130 voitures en piste, avec des niveaux de pilotage assez différents, et des conditions météorologiques parfois très délicates, être compétitifs sans commettre d’erreur majeure est réellement une performance. Il nous a hélas fallu composer avec Dame Malchance, sous la forme d’un boîtier électronique qui n’a pas non plus supporté la flotte durant le gros orage en début de course. Une heure a été nécessaire pour le dépannage et la réparation, ce qui nous a empêchés de prétendre à tout résultat conforme à notre potentiel. Cela dit, nous avons décroché la seule victoire qui compte vraiment : celle d’atteindre l’arrivée en se faisant plaisir entre amis et en partageant notre passion avec une vingtaine de passagers !"

 

De victoire en Biplaces, il aurait également pu en être question pour la #356 Socardenne by Milo confiée à Bart Ooms, Pascal Amand, David Nevers, Christophe Nivarlet, Lorenzo Donniacuo, Kevin Caprasse, Martin Leburton, Kevin Balthazar et Julien Menard. "Nous sommes en effet restés en lutte pour la gagne pendant 24 heures… avant que la boîte de vitesses ne se bloque sur le deuxième rapport, regrette Pascal Amand. Mais là n’est pas le plus important. Cela fait treize ans que je pratique la Fun Cup, dix fois que je roule aux 25 Heures, et c’était ma première expérience en Biplaces. Avec comme immense cadeau du team la possibilité de prendre le départ. J’ai personnellement vécu une expérience humaine extraordinaire au sein de la formation de Christophe Nivarlet, où tout est mis en place pour mêler passion, compétition et émotion. Respect et merci lui et son équipe, qui font clairement le bonheur des pilotes…"

   

Si une expression convient tout particulièrement à la course de la #500 Pyrat by Milo, c’est… l’effet papillon ! "Il s’en est en effet fallu d’un papillon d’admission pour nous faire passer de la 107ème à la 112ème place finale, sourit Pierre-André Guillaume. Ah oui, j’oubliais un détail qui a finalement toute son importance : un concurrent a décidé plus tôt dans la course de faire un créneau à 160 km/h au Bus-Stop… ce qui a détruit notre brave #500, qui évoluait à ce moment à la 19ème place du classement général, ayant même pointé dans le top 10. Chouette aventure néanmoins, chacun sachant précisément ce qu’il avait à faire, tandis que la communication entre nous a été continue et efficace. Merci à Florent Devos qui a vite appris, et à Chloé Philippart. Ils ont apporté une vraie valeur ajoutée. Et bravo à mes équipiers Gino Bux Steve Dams, John Wartique et Romain Ickx ! Plus largement à Romain Poncelet et son équipe, ainsi que Milo Racing…"

 

Reste le cas de la #480 Milo Racing de Steven Spittaels, Diego van de Poele, Luc Bouchat, Pablo Lazzara et Frédéric Faucon, hélas victime d’une sortie de piste dans le Raidillon suite au freinage beaucoup trop optimiste d’un concurrent ! Résultat : l’arrière de la voiture a dû être reconstruit pendant une heure et demie… "Beaucoup de plaisir en piste néanmoins, avec une auto au top de sa forme grâce à Milo Racing, insiste Pablo Lazzara. Certes, l’accrochage dont nous avons été victimes nous a renvoyés loin au classement, mais il convient de retenir les choses positives, à savoir un team plus que parfait, une ambiance de folie, des team-managers Eric et Sandrine Gressens qui ont fait le job sans commettre la moindre faute, ainsi que les mécanos qui ont tout mis en œuvre pour remettre la voiture en état et nous permettre de terminer ces 25 heures. Merci à Christophe Nivarlet de m’avoir donné l’opportunité de rouler sur une top auto, et à Ju Devalet pour l’organisation au top. Sans oublier mes parents, sans lesquels tout cela n’aurait pas été possible. Bravo à la #149 pour sa belle 3ème place générale, largement méritée !"

 

Vous l’avez compris, au-delà des résultats bruts des uns et des autres, les 25 Heures VW Fun Cup restent une immense aventure humaine que Milo Racing met un point d’honneur à gérer au mieux. Avec pour récompense ultime des sourires sur les visages, même fatigués, au bout de ce double tour d’horloge… plus une heure ! (Vincent Franssen / Photos Letihon.be)



R Tech LLM Mecasport

Communication & TV Production


© SpeedActionTV 2019 Tous droits réservés. Site créé par Cybernet