logo speedaction tv

Speed Action TV


 Retour

Tests hivernaux tous azimuts pour Ugo de Wilde

Monoplace 27/11/2018


 

Pas de trêve pour le jeune Ugo de Wilde. Sa saison à peine terminée, il à renfilé son casque pour participer à plusieurs journées d'essais en Formula Renault 2.0 Eurocup, la catégorie au-dessus de la F4 française au sein de laquelle il a évolué ces deux dernières années. "La différence est énorme puisque sur un circuit comme Francorchamps j'ai gagné 13 à 14 secondes au tour, confie Ugo qui a fêté ses 16 ans le 20 novembre dernier. Non seulement la puissance est passée de 160 à 210 chevaux, mais surtout la FR 2.0 est dotée de nettement plus d'appui aérodynamique."

 

Le moins que l'on puisse écrire est que le gamin s'est adapté rapidement. "Dès les premiers tours de roues, à Barcelone avec l'équipe française Tech 1, je me suis senti à l'aise, poursuit-il. Les chronos sont descendus rapidement et mon ingénieur semblait satisfait du travail effectué."

 

Confirmation d'un potentiel pour le moins prometteur lors des récents essais sur les pistes de Francorchamps, du Red Bull Ring, d'Hockenheim et de Silverstone où il a collaboré successivement avec les teams JD Motorsport, Kaufmann Racing et Fortec en prenant le volant des monoplaces utilisées cette année par l'Italien Lorenzo Colombo, le Chinois Yifei Yé ou le Français Arthur Rougier. "J'ai accumulé par mal de tours et acquis de l'expérience qui me sera utile pour la suite. A chaque fois, je me suis montré très rapide par rapport aux chronos de références. J'ai découvert une façon de travailler différente et des nouveaux tracés. J'ai ainsi adoré Silverstone et le Red Bull Ring. Je suis moins fan d'Hockenheim. Quant à Spa, il reste bien sûr hors concours !"

 

Maintenant qu'Ugo de Wilde a fait son boulot et intensifie son entraînement physique avec un coach personnel, c'est à son papa et son entourage de trouver le soutien nécessaire pour l'emmener plus haut. "Le rêve bien sûr pour 2019, c'est l'Eurocup avec la nouvelle F3 Renault qui est magnifique et un calendrier de dix courses avec les levers de rideaux de la F1 à Monaco, des 24 Heures de Spa ou du DTM à Hockenheim. Mais le budget est très élevé. Il faut compter un demi-million d'euros, soit le triple de ce qu'on a dépensé cette saison pour la F4. C'est énormément d'argent et mes parents ne sont pas très riches comme la majorité des pilotes évoluant à ce niveau. On doit donc tout trouver en sponsoring."

 

Grâce à de fidèles partenaires, la cagnotte a déjà bien grimpé. Mais le montant est, hélas, encore insuffisant pour franchir le grand pas. "On a bien sûr des plans B et C, explique Ugo. Vu les excellents résultats signés lors de ces essais et les encouragements et compliments de tous les teams qui aimeraient travailler avec nous, je me dis que je veux poursuivre dans la mesure du possible ma carrière en monoplace, la meilleure école assurément. Je sens que je suis fait pour cela. C'est ma passion et je veux en faire mon métier, c'est clair. Je viens d'avoir 16 ans et je pourrai toujours passer au proto ou au GT plus tard.  La Formula Renault NEC et la F3 anglaise sont dès lors des pistes moins onéreuses que nous explorons aussi. On verra bien. Je suis en train de rédiger une belle lettre au père Noël et je trouve que j'ai été très sage..."

 

En attendant de voir ce qu'il trouvera sous le sapin et de relancer, en janvier prochain, une nouvelle opération de Crowdfunding, Ugo va entamer en décembre la tournée des remises de prix : FFSA, FIA, EBRT et RACB Awards. (Vincent Franssen & Com)

 



R Tech LLM Mecasport

Communication & TV Production


© SpeedActionTV 2019 Tous droits réservés. Site créé par Cybernet